Douleur chronique – Francais

Pourquoi votre douleur persiste? – Une lettre pour mes patients qui souffrent d’une douleur chronique (partie 1)

 

Tout d’abord, je n’aime pas utiliser le terme chronique. Ce terme laisse entendre que la douleur restera à jamais… mais la plupart du temps, ce n’est pas le cas. D’ailleurs, qu’est-ce que « chronique » signifie? Ce terme est sujet de débats même au sein des professionnels de la santé. Est-ce une douleur qui dure plus de trois mois? Six mois? Une douleur qui durera à jamais?

nevada-chronic-pain.jpg

*Douleur chronique : Un des problèmes de santé les plus sous-estimés dans le monde aujourd’hui

 

 

Je n’aime pas le terme chronique. Je préfère employer le terme persistant. Ce terme suscite moins la crainte et laisse place à l’espoir. Il est juste. Il nous indique que votre douleur persiste, mais ne nous indique pas qu’elle ne s’améliorera pas.

 

Si vous avez éprouvé ou si vous éprouvez de la douleur pour une certaine période de temps, vous avez probablement déjà fait appel à plusieurs professionnels de la santé. Vous avez peut-être consulté un chiropracticien, un médecin, un chirurgien orthopédique, un ostéopathe, un physiothérapeute, un acuponcteur… et la liste ne s’arrête pas là.  Vous avez aussi probablement déjà entendu plusieurs hypothèses différentes tentant d’expliquer votre douleur et pourquoi elle persiste. Un os? Un muscle? Quelque chose qui ne se trouve pas à la bonne place? Un mauvais alignement ? Certains croiront même que votre douleur n’est pas réelle ! Tous ces thérapeutes ont aussi, sans doute, réussi à soulager votre douleur… par contre, ces effets ne perdurent pas et votre douleur revient toujours.

 

En ce moment, votre douleur perturbe sans doute votre vie sociale, vos émotions et votre appétit… Comme si ce n’était pas déjà assez, plusieurs personnes pourraient même croire que vous faites semblant d’avoir mal ! Mais ce n’est pas le cas

 

Maintenant, laissez-moi vous dire plusieurs choses. Votre douleur est réelle et votre condition physique peut s’améliorer.

 

La première étape est la compréhension. Beaucoup d’études prouvent que la compréhension du mécanisme de douleur diminue la douleur.

 

(Pour les thérapeutes, l’étude originale en anglais : a systematic review)

 

Mais ce n’est pas qu’une recherche! J’ai eu beaucoup de patients avec une douleur persistante. Certains éprouvaient de la douleur pendant plus de 10 ans!!! Et nous avons pris du temps pour discuter, partager et comprendre. Je leur ai expliqué ce que j’apprête à vous expliquer… Et j’espère que ceci vous aidera autant que ça les a aidés.

 

Le mécanisme de la douleur

Il existe deux types de douleur : la douleur nociceptive ou centrale.

 

Une douleur nociceptive est souvent accompagnée d’une douleur aigue. C’est une douleur qui s’associe avec du dommage tissulaire comme une fracture, un ligament déchiré, une hernie discale pour en nommer quelques-uns. Heureusement, chaque tissu se régénère à leur propre rythme. Le temps de guérison d’une fracture est d’environ six semaines, celui d’une hernie discale peut remonter jusqu’à six mois… Mais ça guérit! Donc si vous voyez des anormalités sur votre radiographie ou dans votre examen d’IRM, ne paniquez pas! La plupart du temps, elles ne s’associent pas avec la douleur… De plus, la plupart du temps, ces anormalités vont disparaître avec le temps.

 

La douleur centrale est une douleur associée avec une hypersensibilité du système nerveux et se présente souvent avec des douleurs persistantes. Il est important de bien comprendre ceci.

 

Regardez ce diagramme.

pain mechanism

*Douleur, cerveau; voie ascendante, voie descendante; moelle épinière, corne dorsale, ganglion de la racine dorsale; nerf périphérique; blessure, nocicepteurs périphériques

 

Ici, une personne a reçu une coupure à la main. Une nociception (un message de danger) est envoyée au cerveau. Une fois arrivée, le cerveau décidera s’il crée ou non la douleur en tenant compte de différents facteurs (pas seulement la nociception!) à Ceci est très important à comprendre!

 

Prenez, par exemple, une personne qui marche sur un clou de fer. Croyez-vous que ça sera douloureux si :

 

  1. Elle était en train de faire son jogging du dimanche.
  2. Elle est poursuivie par un dangereux lion qui veut la manger.

 

… La douleur est évidemment plus ressentie dans la première situation… peu importe la quantité de tissu endommagé. Ceci peut s’expliquer par le fait que la nociception (le message de danger – l’alarme pour le tissu endommagé) peut être modulée par le siège, ou dans notre jargon, le « système nerveux central ». Un petit message peut être amplifié ou atténué par le système nerveux central. Quand les messages sont amplifiés, nous disons qu’il y a une hypersensibilité du système nerveux (principalement une douleur centrale).

 

Un petit message de danger peut alors provoquer une très grande réaction.

 

Ceci est particulièrement vrai avec les douleurs des membres fantômes, un phénomène dans lequel les personnes ressentent la douleur dans un membre amputé ou manquant. Ici, il n’y a pas de message de danger et une douleur est encore présente. (Très intéressant si vous y êtes intéressé : https://www.youtube.com/watch?v=ySIDMU2cy0Y)

Alors, cela signifie-t-il que votre douleur n’existe pas? NON! Votre douleur est réelle! C’est juste que votre douleur est moins associée à un tissu endommagé… mais plutôt liée à une hypersensibilité du système nerveux. C’est un mécanisme qui ressemble beaucoup au mécanisme de la mémoire… quand nous apprenons le piano par exemple. Dans un sens… vous gardez en mémoire la douleur. La douleur se créée plus facilement.

Comme Dumbledore dit: “Of course it is happening inside your head. But why on earth should that mean that it is not real?” 

“Evidemment que tout est dans le tête. Par contre, pourquoi est-ce que ceci implique que ceci n’est pas réel??”

Inside-your-head

Comprendre ce mécanisme est la première étape vers la guérison. La compréhension de celui-ci entraîne une diminution de l’hypersensibilité du système nerveux. Les prochains articles porteront plus sur ce que votre thérapeute et vous peuvent faire pour traiter cette condition.

Maintenant, n’ayez crainte de poser des questions! Vous DEVEZ comprendre ceci.

En conclusion :

  1. La douleur est RÉELLE.
  2. Vous pouvez améliorer votre condition.
  3. La nociception (messages de danger ou tissu endommagé) n’est pas nécessaire ou suffisant pour créer la douleur.
  4. La douleur est créée à 100% par le cerveau, que ce soit une douleur aigue ou persistante.
  5. Le savoir est un pouvoir. Plusieurs recherches indiquent que la compréhension du mécanisme de la douleur diminue l’hypersensibilité du système nerveux central.

Enfin, voici un vidéo pour vous aider à mieux le comprendre :

 

J’espère que cela vous a aidé.

Votre physiothérapeute,

Olivier Lam